Adèle Taillefert

Album, 2017
210x148mm
Linogravure sur papier imprimé (52 g/m2) 

 

 

Album réunit une collection de photographies de lieux désertés, défigurées par une inscription illisible. Qu’il s’agisse d’une signature venue délimiter un territoire (un tag) ou une représentation graphique (un graffiti) assujettie à la photographie, l’écriture a la violence d’une empreinte. Pression d’un corps sur le fragile papier, présence hostile qui traque l’image et se l’approprie.

 Le Commonplace book de H-P Lovecraft, cahier noirci de notes et d’idées, la brûlante matière inachevée de mondes naissants, est à l’origine du projet.  L’écriture fait surgir des images, portes ouvertes sur des mondes sombres et déserts encore, brèche à explorer, à habiter avant son extinction. Dans Album, la trace laissée par une main énigmatique, affronte d’un geste certain, la peur de l’inconnu.

 

Charcoal, 2017
Pastel à l’huile, poudre de fusain et charbon.

 

 

 

 

Du grand carnet vierge se dérobent un léger relief sillonnant les pages nues. A ses côtés, un tas de charbon tranche la blancheur du papier.  Charcoal prend corps par le lecteur et sa lecture. Celui-ci est invité à se salir les mains, à explorer les pages librement, par sa trace faire surgir des signes ou contempler celle déjà laissée par d’autres. Cette œuvre évolue au fil de son exposition : les livres s’accumulent jusqu’à former un tas de charbon.